PERJES

Actualités

Fabrication française
LA PROTECTION DES QUAIS DE CAMION AVEC PERJES

Que vous soyez fin connaisseur des quais de transport ou non, vous avez surement déjà entendu parlé de nombreux problèmes lors des déchargements : chute des marchandises et des hommes, accidents sur le débardement, mauvaise gestion du monte charge et surtout le sujet que nous allons développer ci-dessous : les départs de camion avant le déchargement complet de la marchandise avec mise en danger des ressources humaines et physiques (matériels ou bâtiment) ! 

LE QUAI DE TRANSBORDEMENT EN ENTREPÔT, DES RISQUES MULTIPLES  

Le quai de chargement est un endroit stratégique de la logistique d’une entreprise, il présente des enjeux multiples puisque c’est au sein de cette installation que les machines et les opérateurs chargent et déchargent les marchandises avec généralement plusieurs problématiques : 

Un transbordement doit s’effectuer le plus ergonomiquement et le plus rapidement possible pour assurer la productivité de l’entreprise  Un transbordement doit s’effectuer dans les meilleures conditions de sécurité avec une optimisation des équipements, des dispositifs de sécurité et une prévention auprès des opérateurs. 

On retrouve dans cette zone stratégique de l’entrepôt plusieurs problématiques (liste non exhaustive) : 

Les risques d’écrasements des opérateurs, des machines ou de collision de véhicule Les risques des chutes du quai du camion provoqués par une erreur humaine ou technique engendrant des conséquences lourdes pour l’entreprise.  COMMENT SÉCURISER LES QUAIS DE TRANSPORT EN CAS DE DÉPART INOPPORTUN DES CAMIONS ? 

Perjes participe à l’élaboration des solutions de sécurisation des quais de transport avec l’utilisation des électro-aimants dans les systèmes de blocage de porte sectionnelle afin de protéger les opérateurs et les marchandises. 

Un départ intempestif d’un camion, qu’il soit dû à une mauvaise manipulation ou un problème technique peut-être anticipé avec plusieurs dispositifs utilisant l’électro-aimant comme élément de verrouillage. 

Les bloqueurs de semi-remorques, les barrières de sécurité, ou encore les systèmes de blocages de roues font tous appel à la fonctionnalité de l’électro-aimant. 

Une aubaine dans la prévention des risques de professionnels liés à la sécurisation des quais de camion, Perjes avec ses produits robustes et fiables permet d’assurer la pérennité de ces dispositifs depuis plus de 20 ans.

Lire la suite
PROTECTION DES MACHINES, POUR ASSURER LA SÉCURITÉ DE VOS EMPLOYÉS

La sécurité des machines est au cœur des problématiques rencontrées dans les industries. Depuis plus de deux siècles, le besoin de réduire considérablement les risques mécaniques pour protéger les hommes qui les manipulent est un point essentiel de la sécurité en entreprise. De nombreux dispositifs existent pour protéger les machines dangereuses, Perjes revient sur ces différents moyens de protection des machines existants : 

LES DISPOSITIFS D’ARRÊT D’URGENCE 

Utile avec un déclenchement manuel de type bouton, l’arrêt d’urgence permet à l’utilisateur de couper la machine dès lors qu’il y a danger en éteignant les sources d’énergie de type électricité, de chaleurs, ou encore hydraulique. Il permet de protéger ou éviter l’aggravation des systèmes machines. 

On retrouve ce type de dispositif sur les tableaux de commande des machines les plus courantes dans l’industrie, couvercleuse, fraiseuses, rectifieuses, affûteuses, les machines à outils à commandes numériques, dans les gares…

LES DISPOSITIFS DE VERROUILLAGE ÉLECTROMAGNÉTIQUE : 

Ils permettent entre autres de sécuriser les machines et assurer la sécurité des employés grâce au verrouillage ou déverrouillage d’un ensemble en fonction de la machine concernée. A émission ou rupture, les verrous électromagnétiques permettent de sécuriser des machines en répondant à des charges pouvant aller jusqu’au 20 tonnes. Verrou carré à émission ou encore verrou rond à rupture, ils peuvent sécuriser de nombreux objets tels que les portes, les volets, les vitrines ou encore les casiers, mais ils sont également présents dans l’industrie pour assurer la protection des employés grâce notamment aux électroaimants. Automatisme, aéronautique, ferroviaire, robotique ou encore médical, les secteurs dans lesquels les dispositifs de verrouillage électromagnétique sont nombreux. 

CIRCUITS DE COMMANDE 

Les circuits de commande sont divers, ils en existent une grande variété avec les plus connus tels que les automates programmables, les signalisations, les alarmes… L’utilisateur de la machine y accède pour la marche et l’arrêt de ses machines. 

Il s’agit d’une liste non exhaustive des dispositifs existants, ils en existent beaucoup d’autres… Perjes à l’aide de son bureau d’étude vous aide à établir des solutions de sécurité en fonction de vos besoins, n’hésitez pas à nous contacter pour une étude personnalisée. 

Découvrez également notre article sur les aimants répulsifs VS electro-aimant, quelles différences ?

Lire la suite
AIMANT RÉPULSIF VS ÉLECTRO-AIMANT ? QUELLES DIFFÉRENCES ?

Aux premiers abords, la différence entre un aimant répulsif vs électro-aimant n’est pas évidente. Pour cela, regardons de plus près leur définition respective : 

QU’EST-CE QU’UN AIMANT RÉPULSIF ? 

Lorsque l’on place deux aimants en face l’un de l’autre, dans une certaine position ils s’attirent, dans l’autre ils s’écartent. L’attraction augmente lorsque la distance entre ces deux aimants diminue. 

Ce type d’aimant est constitué d’un matériau qui fournit un flux magnétique lorsque celui-ci est magnétisé, grâce à un champ magnétique. Il est donc capable d’attirer le fer, le nickel, le cobalt et le chrome. 

Un aimant répulsif possède un pôle nord et un pôle sud. De cette façon, ceux de même nature se repoussent et ceux de natures différentes s’attirent. Il faut donc beaucoup d’efforts pour maintenir les pôles répulsifs d’un aimant ensemble.

Durant des milliers d’années, les aimants permanents étaient les seuls aimants que nous possédions. L’électro-aimant a, quant à lui, été inventé en 1823. Avec ce type d’aimant, il est possible d’induire un courant dans n’importe quel matériau ferromagnétique. Mais son effet s’atténue rapidement. 

QU’EST-CE QU’UN ÉLECTRO-AIMANT ? 

Les électro-aimant sont des aimants qui fonctionnent à l’aide de l’électricité. Contrairement aux aimants répulsifs, la force des électro-aimant est plus facilement modifiable en rectifiant la quantité de courant électrique qui les traverse. Ses pôles peuvent même être inversés pour retourner le flux d’électricité. 

Ils se composent d’une longueur de câble conducteur, souvent en cuivre, enroulé autour d’un morceau de métal. Le courant introduit provenant d’une batterie ou d’une autre source d’électricité circule dans le câble. Ce qui crée alors un champ magnétique autour du fil et magnétise le métal comme un aimant permanent. Les électro-aimants sont pratiques car nous pouvons les activer et les désactiver en interrompant le circuit. 

AIMANT RÉPULSIF VS ÉLECTRO-AIMANT ? QUELLES DIFFÉRENCES ? 

La différence entre un aimant répulsif vs électro-aimant est que l’aimant répulsif repousse l’extrémité nord d’un autre aimant de façon permanente. Tandis que l’électro-aimant va faire la même chose, mais de façon temporaire. Il ne peut fonctionner qu’avec l’intervention humaine par le biais d’activation d’un procédé. 

Découvrez également notre article sur la protection des machines, pour assurer la sécurité de vos employés. 

Lire la suite
VITESSE ASCENSEUR : COMMENT LA CONTRÔLER ?

Une des normes de sécurité concernant les ascenseurs c’est le contrôle de la vitesse ascenseur. En effet, elle est soumise à une réglementation stricte pour assurer la sécurité des utilisateurs. Les ascenseurs sont devenus très populaires depuis une vingtaine d’années. Au départ, ils étaient principalement utilisés dans les bâtiments commerciaux et les appartements. Mais depuis quelque temps, ils sont de plus en plus installés chez des particuliers. Il est donc primordial de respecter au maximum les consignes de sécurité.

VITESSE ASCENSEUR : LES TYPES D’ASCENSEUR

Il existe plusieurs sortes d’ascenseurs qui varient en fonction de leurs mécanismes de levage :

ascenseurs hydrauliques : ils ont un support de piston à la base qui les pousse vers le haut lorsque le moteur électrique force le fluide hydraulique à entrer dans le piston. L’ascenseur commence à se déplacer lorsque le fluide est libéré du piston par la soupape. Les ascenseurs hydrauliques sont généralement utilisés pour les immeubles de faible hauteur de 2 à 8 étages et leur vitesse ascenseur maximale est de 60 mètres par minute.  La salle des machines est située sur le côté inférieur, à côté de la cage d’ascenseur. ascenseurs à traction avec et sans engrenage (avec salle des machines) : Le mécanisme de levage des ascenseurs à traction implique des câbles qui passent sur une roue qui est fixée au moteur électrique de l’ascenseur. Ce moteur électrique est situé au-dessus de la cage d’ascenseur. Ces ascenseurs sont couramment utilisés pour les immeubles de moyenne et de grande hauteur et ont une vitesse de déplacement élevée par rapport aux ascenseurs hydrauliques. Le contrepoids présent dans ces ascenseurs rend leur fonctionnement plus efficace en contrebalançant le poids de la cabine et de l’occupant, de sorte que le moteur n’a pas à transporter autant de charge. Les ascenseurs à traction sans engrenage ont une vitesse de déplacement allant jusqu’à 200 mètres par minute et ils peuvent parcourir une distance allant jusqu’à 200 mètres. La vitesse de déplacement maximale des ascenseurs à traction par engrenage est de 150 mètres par minute et ils sont capables de parcourir une distance d’environ 25 mètres. ascenseurs sans salle des machines : La machine est présente dans l’espace de commande et vous pouvez y accéder par le haut de la cabine de l’ascenseur pour les réparations ou la maintenance. Les ascenseurs sans salle des machines peuvent avoir une vitesse de déplacement pouvant aller jusqu’à 150 mètres par minute et leur distance maximale de déplacement est de 80 mètres.  COMMENT CONTRÔLER LA VITESSE ASCENSEUR ?

Peu importe le type d’ascenseur utilisé, il faut contrôler sa vitesse ascenseur. Cette vitesse se situe entre 0,6m et 2,5m/s soit de 2 à 9 km/h. Cette vitesse varie selon le nombre d’étages dans l’immeuble. Elle doit rester supportable pour l’organisme des individus. Si la cabine de l’ascenseur venait à se décrocher, des freins d’urgence ou parachutes se trouvent de chaque côté de la gaine. Ce dispositif a été inventé par Elisha Otis. Ils se mettent en action si un câble vient à se rompre. Lorsque la vitesse de l’ascenseur est supérieure à ce qu’elle devrait être, un limiteur de vitesse se déclenche. La cabine est donc immobilisée sur les guides.

Un autre des dispositifs pour assurer la sécurité et la vitesse d’un ascenseur, ce sont les taquets anti-dérives. C’est un dispositif électromagnétique qui met la cabine au même niveau que les portes palières. Il évite aussi l’éventuelle chute de la cabine en bloquant sa descente. Ce sont des taquets fabriqués dans des matériaux pouvant résister à de très fortes charges, jusqu’à 20 tonnes. Les taquets anti-dérives sont aussi utilisés pour les monte-charges et pour sécuriser les machines dangereuses.

Tous les dispositifs utilisés pour maintenir la vitesse ascenseur sont soumis à des réglementations strictes. Ils permettent de faire voyager les gens de manière sécurisée. L’ascenseur est un des moyens de transport les plus sûrs, les accidents sont relativement rares.

Lire la suite
BOITIER INCENDIE, À QUOI SERT-IL ?

Le boitier incendie ou déclencheur manuel d’alarme incendie (DM) est un appareil qui se déclenche manuellement, généralement de couleur rouge ou verte. 

COMMENT FONCTIONNE LE BOITIER INCENDIE ?

Le boitier incendie permet de signaler une fumée anormale ou la présence d’un incendie. Cet appareil émet une instruction à destination de l’équipement de contrôle d’un Système de détection Incendie. Il est conçu pour que les personnes présentes dans l’établissement puissent mieux visualiser l’état d’alarme de l’appareil.Le boitier incendie peut être actionné et réarmé autant de fois que nécessaire grâce à sa membrane auto déformante, ce qui évite le changement de la vitre.Il est également possible de raccorder cet appareil avec le déclencheur manuel grâce à la résistance incorporée qui peut être mise en service par la suppression du strap. 

Image d’un boitier incendie de couleur rouge INSTALLER LE BOITIER INCENDIE 

La conception du boitier incendie permet une installation précise et rapide. Il dispose d’une mécanique solide qui en fait un des déclencheur manuel les plus fiables du marché. 

Pour installer le boitier en surface, il faut tout d’abord fixer le socle, puis raccorder les câbles, positionner la façade sur le socle et mettre la vis. Enfin pour finir l’installation du boitier incendie, il ne reste plus que le montage du capot et réarmer le boîtier avec la clé. 

Pour une installation en encastrement, le procédé est différent. En effet, il faut dans un premier temps retirer la vis centrale de la façade, insérer et tourner la clé pour déclipser l’ensemble, détacher puis insérer l’agrafe. La prochaine étape est de casser les crochets, puis fixer les deux vis latérales et mettre la vis centrale. Enfin, il vous faudra caler la façade dans les repères et fixer l’ensemble de manière à insérer le ressort dans la tige centrale. 

Pour déclencher le boitier incendie, il suffit d’appuyer au centre sur le point et sur l’écriture “appuyer ici”. L’alarme incendie se déclenche alors par la suite. 

Afin de réarmer l’appareil, il suffit d’introduire la clé de déverrouillage dans les trous prévus, en bas du déclencheur manuel. Une simple pression verticale sur la clé permet de remettre le déclencheur en état de veille. 

Retrouvez également notre article sur la sécurité machine, et comment sécuriser vos machines dangereuses avec des verrous actionnés électromagnétiquement. 

Lire la suite